La série photographique enquête sur elle-même en se demandant comment les images « resignifient » quelque chose à travers le temps. Pendant 2 ans, l'autrice a collecté des photographies de lieux qui, parce qu’elles étaient prises pendant des déplacements professionnels, furent de brefs passages, ainsi que des instantanés de sa vie privée pris au retour chez elle.
Le projet, séquencé sans ordre narratif linéaire, combine des images de familiers et de connaissances, avec des personnes et des espaces étrangers à l'auteur. Le tout dans un récit contemporain dans lequel les frontières disparaissent entre ce qui est personnel et ce qui ne l'est pas.
Est-ce un projet personnel ou est-ce une fiction ?

"Manuel des gestes russes" fut divulgué à la fin d’une longue relation de couple de l'auteur. Le projet se convertit inévitablement en un essai visuel qui aborde la façon dont le fictif fait partie des images que nous produisons et contemplons, en un exercice photographique qui assume l'incertitude de notre contexte et du médium photographique lui-même, où se crispent les relations entre réalité et représentation.
Le titre du projet suggère une distance ironique nécessaire avec ce qui semblerait être un journal intime.